Pourquoi la chiropratique est un choix SUR et SAIN?

Pourquoi la chiropratique est un choix SUR et SAIN?

Les questions qu'on pose souvent aux chiropraticiens et chiropraticiennes
et quelques réponses utiles et claires.

Quelle formation reçoit un chiropraticien?

Les chiropraticiens sont des docteurs, ce qui veut dire qu'ils ont fait de longues études et ont reçu une formation rigoureuse. Un chiropraticien doit faire cinq années d'études universitaires, soit un minimum de 4 500 heures d'enseignement en classes et en clinique, dans une institution reconnue par le Conseil en éducation chiropratique du Canada (CECC).

Quelles qualifications un chiropraticien doit-il obtenir avant d'avoir le droit d'exercer?

Un chiropraticien doit passer un examen aux paliers national et provincial, à la fin de ses études.

La chiropratique est-elle reconnue dans les dix provinces?

Oui. Toutes les provinces du Canada ont des textes de loi et un organisme de réglementation qui gouvernent la pratique de la profession.

La chiropratique est-elle une discipline nouvelle?

Pas du tout. La chiropratique existe et se pratique sans risques depuis plus de cent ans. En fait, on trouve dans certains récits de l'antiquité grecque et de l'ancienne Egypte des allusions au genre de manipulation que font les chiropraticiens d'aujourd'hui.

Ce qui me rassurerait, ça serait de savoir combien de gens se font traiter par un chiropraticien; le sait-on?

Chaque année, plus de trois millions de personnes au Canada voient un chiropraticien, soit près de 12 % de la population. Et ce n'est pas tout : ce nombre augmente à mesure que de plus en plus de Canadiennes et de Canadiens découvrent les bienfaits de la chiropratique pour leur état de santé.

N'est-ce pas plus sûr de prendre des médicaments sans ordonnances que de se faire traiter par un chiropraticien ?

Bonne question. Bien des gens n'hésitent pas à prendre des analgésiques ou d'autres médicaments pour soulager la douleur due a une inflammation. Mais voyons les choses en face : en prenant des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens tels qu'aspirine ou ibuprofen pour une douleur du cou, on risque davantage d'avoir des complications graves, ou même de décéder, que l'on risque de subir une blessure même légère durant un traitement chiropratique. Il s'agit là d'un fait scientifique, non pas d'une exagération des risques comparatifs dus aux médicaments ordinaires. Pourtant, peu d'entre nous songent à ces risques quand nous avalons deux de ces petites pilules. En fin de compte, c'est simple : la chiropratique est efficace et présente moins de risque que de nombreux médicaments et traitements médicaux.

J'ai des douleurs énormes dans le dos et dans le cou; est-ce qu'un ajustement chiropratique me ferait trop de mal?

Vous pourriez sentir un peu de pression sur les articulations entre les vertèbres, ou entendre un léger claquement parce que ces articulations s'ouvrent d'un seul coup. Mais il est rare qu'un ajustement fasse mal; il est plus probable que vous sentirez un soulagement immédiat et un sentiment de bien-être.

L'idée de me faire traiter le cou me fait peur. Est-ce que c'est normal d'être nerveux face à ce genre de manipulation?

Près de trois quarts de nos patients subissent un ajustement du cou au cours de leur traitement individuel. Votre chiropraticien ne toucherait jamais votre cou s'il y avait la moindre indication que vous pourriez être en danger. Parlez de vos inquiétudes à votre chiropraticien. Il ne prescrira une manipulation du cou pendant votre traitement que si cela est indiqué pour des raisons cliniques tout à fait objectives, dans le cadre de l'ajustement général de votre dos. Mais il est évident que si vous vous présentez avec des douleurs dans le cou, le chiropraticien traitera ce segment précis de la colonne vertébrale.

Y a-t-il un rapport entre les accidents vasculaires cérébraux et les manipulations chiropratiques?

Selon les documents de recherche, il y a peut-être une chance sur plusieurs millions d'avoir un accident vasculaire cérébral en rapport avec un traitement chiropratique (selon les estimations, une chance sur 400 000 à plusieurs millions). Les textes scientifiques suggèrent en fait qu'il est cinq fois plus probable de se faire frapper par la foudre ou de subir un accident vasculaire cérébral pour des causes ordinaires comme un mouvement de la tête, un médicament ou un trouble vasculaire, que dans le cadre d'un traitement chiropratique.

Tous les médecins que je connais renvoient leurs patients à des spécialistes. Est-ce que les chiropraticiens aussi font cela?

Oui, comme tout autre médecin, un chiropraticien renvoie certains patients à d'autres professionnels de la santé s'il juge que cela est nécessaire. La formation que reçoit un chiropraticien le rend tout à fait capable de reconnaître un risque ou un désordre précis et de faire un renvoi si cela s'avère être ce qu'il y a de mieux pour la santé de son patient.

Pourquoi mon chiropraticien demande-t-il à connaître mes antécédents médicaux en détail?

Plus votre chiropraticien en saura sur votre santé, votre mode de vie et tout risque qui vous est propre, plus il sera en mesure de vous traiter efficacement. C'est pourquoi il pose des questions détaillées dès la première visite, pour avoir une idée précise de votre condition et décider du traitement qui vous conviendra le mieux. Votre chiropraticien est un docteur, ce qui signifie qu'il a suivi des études spécialisées et qu'il est tout à fait qualifié pour reconnaître une contre-indication et dépister n'importe quel risque, avant de passer à un diagnostic et de recommander un traitement.

Est-ce que je devrais faire part de tout ce que je peux et exprimer mes inquiétudes à mon chiropraticien?

Oui, sans aucun doute, dites-lui tout ce qui vous paraît important. Il pourrait y avoir, par exemple, un antécédent familial dont les symptômes sont semblables au malaise que vous ressentez maintenant et pour lequel vous le consultez. Il est donc essentiel de communiquer ouvertement avec votre chiropraticien, pour être certain qu'il vous prodiguera des soins sûrs et efficaces.